Mac Music  |  Pc Music  |  440Software  |  440Forums  |  440tv  |  Zicos
Partager cette page
Bienvenue visiteur
Nos Partenaires

Steinberg Sequel

7 déc. 2007
Comme je suis directeur d'un cursus audio-numérique basé sur Mac à destination de jeunes étudiants, on me demande souvent s'il y a sur PC un logiciel comparable à Garage Band. Bien qu'il y ait d'inévitables comparaisons avec ce dernier dans cet article, Sequel apporte son lot d'innovations au monde du logiciel audio-numérique d'entrée de gamme. Une interface intuitive et simple d'emploi, une bibliothèque de boucles et instruments de 6 Go, de très bons effets et un éditeur Midi de premier ordre : qu'est-ce qu'un musicien débutant peut souhaiter de plus ?

Mais Sequel recèle aussi quelques surprises, en particulier une piste Arrange et son Pad dédié, une fonction très bien conçue pour réarranger et réordonner rapidement les sections d'un projet. Visuellement, Sequel offre plus de confort que GB, les pistes dans l'Arrange Zone pouvant être redimensionnées pour une plus grande précision de travail. Pour boucler et/ou éditer des Events rapidement, Sequel utilise un Smart Tool qui interagit avec l'Event (fichier audio ou Midi), rendant l'utilisation par un débutant extrêmement intuitive et simple. De plus, on peut importer ses propres loops.

Ce sont quelques-unes des fonctions qui font de Sequel un candidat de choix pour les utilisateurs débutants à moyennement expérimentés. Avec quelques améliorations à venir, Sequel pourrait tout aussi bien être utilisé comme un "bloc-notes" sur portable par les utilisateurs pro. Revue de détail.
Interface simplifiée
    Une des premières choses m'ayant impressionné est la possibilité de redimensionner la zone Arrange et les Editors, jusqu'à remplir complètement l'interface. C'est un gros plus pour la continuité du workflow, très utile pour les nouveaux utilisateurs.



    La fenêtre principale de Sequel est divisée en trois Zones qui rassemblent les fonctionnalités habituelles : au-dessus, la Pilot Zone, qui regroupe les boutons de projet, d'automation et d'édition, les réglages de tempo, d'accord et de timing, ainsi que les boutons de transport. La plus grande partie de Sequel correspond à la zone Arrange, dotée des habituels réglages Mute, Solo, Record, Volume et Pan situés sur la gauche de chaque tranche.



    À l'instar de GB, la partie inférieure, Multi Zone, abrite les nombreuses pages d'accès à la Media Bay (un navigateur permettant la préécoute des instruments et boucles), à l'Inspecteur de Piste (avec effets audio, Midi et EQ), au Mixer, au Pad déjà évoqué et aux réglages basiques, ainsi qu'à ceux de l'audio et des fichiers. À savoir : on peut changer la couleur globale de Sequel.
Au travail rapidement
    Après avoir paramétré les interfaces audio et Midi (voir ci-après), construire un arrangement avec les instruments de Sequel est très aisé, même pour un néophyte. Les pistes sont créées en cliquant sur le bouton New dans la zone Pilot, qui ouvre une fenêtre flottante contenant la liste des instruments et/ou des préréglages audio. Les instruments inclus offrent un panel de sons électroniques et acoustiques pour tout style de musique. Chaque instrument charge ses propres présets, mais l'accès aux paramètres des samples est incorporé dans Sequel (dans la Media Zone), avec des contrôles intuitifs.



    Cette même Media Bay permet de trouver un fichier audio ou Midi très facilement. Une fenêtre façon navigateur permet de préécouter une boucle avant de l'importer directement dans la fenêtre Arrange par drag'n'drop. On dispose d'outils efficaces pour trier, filtrer et localiser les boucles par genre, type et beat. Les différents media de l'utilisateur peuvent être aussi recherchés et bénéficier de tags. À savoir, le tempo d'un projet s'ajuste automatiquement à celui du premier loop utilisé sur une tranche. Bien entendu, ce tempo peut être modifié, et tous les éléments, audio et Midi, s'y adapteront.
Préparer Sequel
    À l'attention de tous les débutants, pour qui Sequel a été conçu, il convient de signaler qu'une interface audio compatible, dotée d'au moins une entrée micro et/ou ligne pour la voix et l'instrument, est recommandée. Un clavier Midi est aussi nécessaire afin de piloter les instruments de Sequel.



    Dans mon cas, le paramétrage de la première session d'enregistrement a été simple, la page Preference ayant reconnu automatiquement tous mes périphériques et leurs entrées/sorties respectives (Asio nécessaire pour PC, Core Audio pour OS X).

    Je recommande aux nouveaux utilisateurs de prendre le temps de suivre les conseils du manuel lors des réglages de leur hardware, afin d'optimiser au mieux leur configuration. Dans ce but, Ram et vitesse de disque dur sont tout aussi importantes, et le manuel est d'une grande aide concernant tout ces points.
Enregistrement audio
    Au premier enregistrement audio, la fenêtre flottante déjà évoquée s'ouvre, affichant les catégories de présets de pistes audio. En bref, cette fenêtre permet de choisir si la piste est audio (pour les boucles, l'enregistrement ou l'import de fichiers existants) ou instrument Midi (ceux de Sequel). Même si les présets de tranches sont utiles (ciblés par instruments, type de voix, ou tout autre matériau sonore), il est possible de charger une piste vierge (en maintenant appuyée la touche Control).
    Comme dans la plupart des logiciels, les réglages sont automatiquement assignés sur la gauche de chaque piste (armement de l'enregistrement, Solo, Mute, Volume et Pan). Cependant, en raison de leur taille, je trouve les réglages sous forme de triangles peu précis (et je ne suis pas fan non plus des boutons monochromes utilisés sur l'ensemble de Sequel), et la molette de ma souris fonctionne mieux que le simple cliqué-tiré. Je préfère aussi utiliser le large slider de l'Inspecteur de Piste.
    Curieusement, il n'y a pas de réglages de volume du métronome, qui est un poil agressif quand on veut enregistrer avec un click. J'ai préféré utiliser une boucle de batterie à la place. Afin d'optimiser le workflow, on trouve des raccourcis clavier pour pratiquement toutes les fonctions de Sequel (le manuel en offre une vue d'ensemble très pratique).
Édition simplifiée
    Une fois une piste audio ou Midi enregistrée, l'arrangement et l'édition sont d'une grande simplicité, en utilisant le Smart Tool interactif. Le curseur change de forme selon l'endroit où il se trouve dans l'Event, en affichant tour à tour un outil de coupe, de mute ou de répétition (pour boucler ou répéter un Event)... Même s'il n'est pas réellement original, j'ai trouvé que cet outil se comportait plus intuitivement que la plupart de ceux que j'ai utilisé. J'apprécie tout particulièrement la manière dont il détecte les points logiques pour effectuer des raccords.

    Une édition plus précise est possible d'un simple double-clic sur un fichier audio ou Midi (ou en cliquant sur le bouton dédié de la Multi Zone), ce qui ouvre une fenêtre de grande taille. De ce côté, Sequel offre bien plus de possibilités de visualisation que GB pour redimensionner les pistes, les fichiers ou les fenêtres d'édition, puisque la zone Arrange ou l'Editor peuvent recouvrir l'intégralité de l'interface. On peut zoomer horizontalement les éléments individuels, mais aussi verticalement, à la différence de GB ; les formes d'ondes peuvent être étirées pour une visualisation plus précise. Ce qui renforce la destination débutants, pour lesquels le fait de voir la forme d'onde est aussi important que de l'entendre.



    Pour caler finement un Event, l'éditeur de sample de Sequel propose des outils permettant de stretcher un fichier en fonction d'un tempo déterminé, ou de le garder dans son mode "original". Les rythmiques peuvent être quantisés, avec application d'un feeling plus "humain". Un mode plus avancé permet de quantifier manuellement (en visualisant les transitoires), ce qui n'est utile que pour les loops utilisateurs, ceux de Sequel s'adaptant automatiquement. J'ai trouvé que toutes ces fonctions de time-stretch étaient incroyablement polyvalentes pour un logiciel d'entrée de gamme.



    J'ai été très impressionné par l'édition Key de Sequel, qui s'approche de celle d'un logiciel beaucoup plus cher (Cubase, par exemple), avec un système de codes couleur pour les mesures, qui affichent à la fois les notes et la vélocité, une ligne d'assignation de contrôleurs continus (CC), et la possibilité d'afficher sept octaves d'un coup (sur mon moniteur, en ayant dézoomé et en utilisant le redimensionnement de fenêtre). Impressionnant.

    Cela m'a pris une minute pour trouver l'outil Dessin (touche Alt/Option), ayant l'habitude d'une boîte à outils. Les réglages de Quantize, de Nudge (déplacement fin), de legato et de swing sont appliqués en sélectionnant les événements au lasso, puis en cliquant sur les boutons situés sur la gauche de la fenêtre Editor. On peut aussi utiliser les raccourcis clavier pour bon nombre de tâches d'édition. Enfin, la ligne CC agit sur les notes sélectionnées en utilisant l'outil Pencil, ce qui est, pour les débutants, un très bon moyen de comprendre l'action des valeurs de contrôles continus.
L'arrangement tel qu'il doit être
    Après avoir enregistré plusieurs pistes audio et Midi, j'ai été emballé par l'Arrange Track de Sequel (similaire à celui de Cubase). La fonction est liée à une page Arrange, dans laquelle toutes les sections d'une Song sont nommées et ensuite assignées à une grille façon Pad, afin d'expérimenter différentes combinaisons. En bref, les sections peuvent être réarrangées sans avoir à déplacer ou copier les événements, et de nombreux arrangements peuvent être créés en utilisant le Pad, les carrés colorés fonctionnant en synergie avec une liste alphabétique qui "relie" différentes combinaisons. Essayez donc de faire ça dans Garage Band !

Effects, Automation et Export
    Sequel inclut un EQ 3 bandes, et de nombreux effets qui peuvent être appliqués sur les tranches individuellement ou globalement (deux Sends par projet), ou encore en tant qu'effets Master. Quand on utilise des effets audio, EQ ou effets Midi sur les tranches, Sequel reste très convivial et simple, en affichant des onglets dans l'Inspector. Ces onglets réagissent au passage de la souris et affichent, une fois activés, tous les contrôles de l'effet choisi.



    L'Automation s'effectue en activant sa mise en route, puis en sélectionnant un rotatif ou un fader. On peut la dessiner avec l'outil Pencil ou l'enregistrer en temps réel, mais en étant obligé d'utiliser la souris, Sequel n'ayant pas de possibilité d'assignation Midi de paramètre (rappelons que c'est un logiciel d'entrée de gamme...).
    Mais l'on dispose quand même d'un menu d'options pour peaufiner l'automation, options très utiles pour obtenir des courbes précises d'un point à un autre.

    Pour exporter le projet, les Songs peuvent être bouncées sous forme de fichiers audio, ou exportées directement en AAC dans iTunes. On voit clairement le positionnement de Sequel par rapport aux utilisateurs de Garage Band. D'un autre côté, GB devrait s'inspirer de nombreuses choses ici présentes.

Sequel's Sequel (quelques souhaits...)
    Même si je suis globalement impressionné par Sequel, et que je le recommanderais chaleureusement à ceux qui débutent dans la création musicale (sur ordinateur), j'aimerais voir quelques fonctions supplémentaires. Ce sont aussi celles qui me manquent quand je travaille sur Garage Band avec mes étudiants : le support ReWire, par exemple, dont l'absence implique de faire l'impasse sur Live ou Reason.

    Il n'y a pas non plus de gestion de la vidéo, et même si ce n'est pas forcément une fonction d'entrée de gamme, elle est incluse dans Garage Band. Et c'est un point important pour tous les jeunes étudiants que j'observe, accros à YouTube, et qui passent leur temps à créer des musiques sur des vidéos. De même, les plugs tierce partie (VST et AU) ne sont pas supportés. Même si la bibliothèque de Sequel est très polyvalente et fournit un nombre respectable d'outils de production en comparaison avec d'autres logiciels de même nature, ce serait un plus de pouvoir utiliser d'autres instruments virtuels, tels ceux de Steinberg. Et il serait appréciable de pouvoir placer à sa guise la bibliothèque de 6 Go.

    Enfin, pour les plus avancés d'entre vous souhaitant utiliser Sequel pour poser rapidement des idées et ensuite les ouvrir dans Cubase (de la même manière que les utilisateurs de Logic importent des fichiers GB), il semble que l'on se dirige vers l'import direct dans Cubase Studio et 4.1. Même si le bounce audio est une solution, l'import direct dans Cubase devrait (normalement) prendre en compte l'automation, les effets et autres réglages.
Quelques réflexions
    L'installation nécessite une eLicence et le Centre de Contrôle de Licenses de Syncrosoft. Si vous possédez déjà un produit Steinberg, il est peut-être déjà présent, mais devra sûrement être mis à jour. Sequel fonctionne sans dongle, mais doit être activé par un code. Cela a été un peu compliqué d'y parvenir, l'assistant du CCL ne s'étant pas comporté comme le décrivait dans le manuel. Un débutant n'ayant jamais pratiqué le monde parfois excentrique des questions d'autorisation pourrait être totalement déconcerté par ces petits mais très importants détails. Notons à ce propos que l'autorisation n'est possible que sur une seule machine.

    Le manuel est excellent. Il peut de plus être considéré comme un abécédaire pour tous les débutants dans l'audio, en proposant nombre d'astuces, de captures d'écrans et de conseils pratiques sur les niveaux audio, le mixage, l'arrangement et l'égalisation. Sequel a clairement identifié son cœur de cible, et part du principe qu'il est vierge de tout savoir. En plus d'exemples de configuration, le manuel comporte aussi un chapitre fort bien conçu qui est un très bon didacticiel sur les effets.
Au final
    Steinberg propose avec Sequel un bon moyen d'entrer dans le monde de la création musicale numérique. Et s'il n'est pas forcément une alternative pour les fans acharnés de Garage Band, Sequel est une solution riche en fonctionnalités pour tout débutant, qu'il soit sur PC ou sur Mac. La bibliothèque d'instruments propose une palette sonore variée et polyvalente, qui conviendra parfaitement aux débutants. La bibliothèque de boucles et les fonctions d'édition sont encore plus impressionnantes. D'autres caractéristiques, comme le performant et bien conçu Pad d'arrangement achèvent de placer Sequel au-dessus du simple logiciel "d'entrée de gamme". À ce prix, un regard plus qu'attentif s'impose.

    Greg Paxton
    traduit par sleepless


    Sequel est distribué en France par Steinberg France.
    Prix catalogue TTC : 99 euros.
Cet article vous est proposé par PcMusic en collaboration avec AudioMIDI
  • Retrouvez d'autres articles chez AudioMIDI
  • Soyez le premier à donner votre Avis
    Vous devez être identifié comme membre pour pouvoir utiliser cette fonctionnalité!
    Pas encore membre?
    Devenez membre! C'est rapide, gratuit et cela vous permet de poster vos annonces, vos news, des questions dans les forums, de changer vos réglages d'affichage...
    Contribuez
    PcMusic est VOTRE site.Participez à son évolution...
    Cette section de PcMusic est entretenue par Nantho et l'équipe des traducteurs. N'hésitez pas à lui proposer vos articles.
    04:45 CEST - © PcMusic 1997-2017