Mac Music  |  Pc Music  |  440Software  |  440Forums  |  440tv  |  Zicos
Partager cette page
Bienvenue visiteur
Nos Partenaires

XLN Audio AD & ADpak Retro

25 janv. 2008 - par sleepless
Dernier arrivé dans le petit monde des logiciels dédiés à la batterie, après BFD, Battery, DFH, EZDrummer, Groove Agent, Strike et autres boîtes à grooves, Addictive Drums a su, afin de se démarquer, proposer une solution complète associant échantillons de grande qualité sonore, copieuse bibliothèque de patterns Midi et ensemble mixage-traitements très performant. L'instrument ainsi conçu permet un travail complet tout en restant dans une seule interface, avec une qualité, une ergonomie et une souplesse qui a d'abord fait des envieux, puis des émules. BFD2 et DFH2 s'inspirent en effet pour une bonne part du concept d'Addictive Drums, qui lui-même s'inspirait de BFD et DFH. Bref.
Aujourd'hui, l'éditeur propose son premier pack d'extension, le ADpak Retro, conjointement avec la mise à jour 1.1, dont le principal apport est le support des extensions. Revue de détail d'Addictive Drums (AD pour la suite) et du pack d'extension.
Départ
    Machine de test
    Addictive Drums 1.1 & ADpak Retro
    (XLN Audio)

    Mac PPC G5 2 x 2 GHz
    OS 10.5.1
    4 Go Ram
    Logic Pro 8.0.1
    RME HDSP Multiface
    AD est un plug Mac (10.4 et 10.5, à partir des G5) et PC (XP et Vista, à partir des PIV 2 GHz), compatible AU, VST et RTAS. L'autorisation s'effectue par challenge/réponse. La banque de samples et Midifiles d'origine pèse 1,82 Go, celle de l'ADpak Retro, 953,7 Mo. L'installeur pose d'office les banques sur le disque système. On peut les déplacer après installation, mais il faudra créer un lien symbolique du dossier, un simple alias n'étant pas reconnu.

    Le logiciel se décompose en trois parties. De gauche à droite, la partie supérieure (Top section) héberge le témoin de chargement, les menus de sélection et sauvegarde des présets, le logo affiche la classique page "à propos de" puis six boutons permettent de naviguer dans les différentes pages de l'instrument, lancer la lecture des fichiers Midi et afficher les menus d'aide et de connexion au site de l'éditeur. La partie inférieure contient la table de mixage, huit tranches mono, les instruments, BD, Snare, HiHat, Xtra (cloches et autres percussions, nommé CowBell avant l'update 1.1) et quatre toms, puis deux tranches stéréo, Overhead (micros L/R au-dessus de la batterie), Room (micros L/R pour le son de la pièce), un Bus stéréo, idéal pour faire de la compression parallèle ou tout autre forme de traitement supplémentaire, et le Master.

    Chaque tranche dispose d'un bouton de sélection d'édition, d'un Pan, d'un Fader de volume et d'une série de boutons. Ins permet d'activer la suite d'effets en insert par tranche (voir plus loin), FX active l'envoi vers les deux effets sur bus (deux réverbes), puis l'on trouve les classiques Mute, Solo, inversion de phase et un bouton fléché Out, qui envoie le signal vers sa sortie séparée. AD fonctionne en effet aussi bien en mode solo que multisortie, offrant, sans surprise, quatre sorties stéréo et huit mono (la disponibilité des sorties multiples sous Logic est due à l'update).
Centre
    La partie centrale (Page section) affiche successivement le kit chargé (126 présets dans AD, 77 dans Retro), la page d'édition des éléments séparés, celle des deux effets, puis celle de la bibliothèque de grooves Midi. La page Kit affiche les 18 emplacements (KitPiece, KP) disponibles, dont on ne peut modifier l'assignation (pas moyen de remplacer un Tom par une deuxième Snare, dommage). Chaque KP dispose des mêmes réglages : L pour Load qui ouvre une fenêtre de sélection dans laquelle on peut écouter tous les éléments (bien vu, ça fait gagner beaucoup de temps), E pour Edit qui renvoie sur la page... Edit, un Mute, un Solo, un curseur de volume (avec petit temps d'arrêt sur le 0 dB, bravo) et deux flèches qui permettent de charger les éléments sans passer par la fenêtre dédiée.


    Les KP permettent d'entendre les éléments en cliquant sur leur photo ( de bas en haut). On n'entendra pas toutes les articulations, XLN Audio ayant renoncé à un mapping GM tant il propose de variations sur un même élément : seule solution, les jouer sur le clavier. Si l'on veut utiliser une e-drum, il faudra effectuer un mapping adapté, ce qui s'effectue très aisément dans la plupart des hôtes. Petit détail, avec la version 1.1 est venue la possibilité de changer le fond d'écran du plug.
    Les articulations sont nombreuses, pas moins de huit coups pour les snares, douze pour les HiHat, huit pour les toms, etc. avec appel de samples alternés. Pas de problème pour effectuer un roulement réaliste, on évite l'effet "mitraillette". On regrettera de ne disposer que d'une seule assignation/note pour la grosse caisse, le traditionnel C1. Les parties sont en général plus réalistes quand on les rentre au clavier si l'on dispose de deux notes pour les figures rapides.

Cœur
    Kits à gogo
    Les kits d'origine sont un Sonor Designer (Kick, Snare, 5 toms), un DW Collector's Series (Kick, Snare, 5 toms) et un Tama Starclassic (Kick, Snare, 3 toms). Auxquels il faut rajouter deux snares Pearl Signature Ferrone, Pearl Masterworks Piccolo, ainsi qu'une grosse caisse Pearl Masterworks et deux cowbells LP.
    Côté cymbales, que du Sabian et Paiste avec 3 Hihats, 4 Rides, 9 Crashes, 3 Splashes et 2 Chinas.
    L'ADpak Retro rajoute 3 batteries Ludwig, une Black Oyster (Kick, Snare, 3 toms), une Blue Oyster (2 Kicks, 2 Snares, 4 Toms) et une Vistalite (2 Kicks, Snare, 4 toms). Les éléments supplémentaires sont 4 HiHats, 2 Rides, 5 cymbales, 3 cloches, 3 tambourins et des claquements de mains (4 personnes simultanément).
    On pourra écouter les éléments de AD ICI, ceux de ADpak Retro .
    La page Edit est le cœur d'AD. C'est là que toutes les modifications sonores seront effectuées, sachant que XLN Audio a fait les choses en grand. On peut en effet grâce aux nombreux paramètres et effets aborder pratiquement tous les styles, de la batterie très mate et précise à la Steely Dan aux délires expérimentaux chers à Mike Patton, des subtilités jazz (pas de balais, hélas) au gros son rock hyper-acoustique à la Jon Brion.
    On retrouve le KP au sein du Sampler, dans la ligne supérieure. On peut y régler le volume des Overhead et des micros Room, ainsi que leur Pan respectif (avec inversion). Ensuite on dispose d'un réglage de Pitch avec enveloppe et réponse à la vélocité (et réglages différents entre le son principal et celui repris par les OH/Room...). Viennent ensuite une enveloppe ADSR et un Filtre (20 à 20000 Hz).
    Kick et Snare ont droit à un réglage de balance entre les deux micros ayant servi aux enregistrements. Snare offre un paramètre Buzz, qui correspond à la résonance du timbre provoquée par les autres parties du kit. Chaque KP dispose de ses propres effets d'insert : un Compressor (avec AutoGain), une Distortion avec quatre algorithmes (et sélection de la plage de fréquences à traiter), un EQ trois bandes paramétriques, un limiteur brickwall avec soft clipping et un volume global. Toutes ces sections ont un Bypass individuel. Les Bus et Master utilisent les mêmes effets, plus une simulation de saturation de bande et un filtre.


    Tous ces effets sont de très bonne qualité, XLN Audio s'étant associé avec PSP Audioware pour les réaliser. Ils dépassent largement les attentes que l'on pourrait avoir d'effets intégrés, car, sauf quelques exceptions, ce type d'effet est habituellement laissé de côté au bénéfice de plugs plus convaincants. Bien sûr, ils ne prétendent pas rivaliser avec des plugs externes généralistes, mais ils remplissent parfaitement leur rôle dans le cadre du traitement d'éléments de batterie. Peut-être aurait-on pu souhaiter un délai et un ou deux types supplémentaires de compression.
Effets

    On passe ensuite à la page FX, qui offre deux réverbes stéréo, dotées des mêmes réglages : quatre algorithmes (Ambience, Room, Hall et Plate), PreDelay, RT60, filtrage des aigus, EQ paramétrique deux bandes, volume, Pan et le placement Pre ou Post effets du Master. Quand on clique sur le bouton Edit des Send FX, deux départs apparaissent au-dessus de chaque tranche, ce qui permet de tout visualiser d'un coup. Un petit reproche : vu le côté créatif apporté par le plug, on regrette qu'il n'y ait pas de sélection post ou pre-fader pour les réverbes, afin de ne pouvoir entendre que le son réverbéré et celui du Bus, par exemple. La seule solution est d'utiliser les sorties séparées et de couper le fader de la tranche correspondante du logiciel hôte.


    Tout est paramétrable à la souris et à la molette, mais on ne peut rentrer aucune valeur par le clavier alphanumérique. L'automation est elle aussi assez complète, mais il n'y a pas de Midi Learn pour les fonctions manquantes, dommage. Cela dit, AD profite d'une ergonomie irréprochable, aucun potard ou fader ne crache et tout est fait pour qu'on puisse passer rapidement d'une section à une autre. Par exemple, si l'on active l'icône Midi, les pages d'édition correspondant à l'instrument seront affichées par l'envoi de sa note Midi. Ou encore, deux touches C et P permettent des Copy/Paste d'un KP à l'autre. Voire d'un AD à un autre...
    On se dit qu'avec une telle puissance de feu, le plug doit être très gourmand. Eh bien non : un pattern normal avec départ sur les deux réverbes et effets d'inserts activés sur tous les instruments et bus (52 inserts au total, configuration volontairement exagérée), pousse la jauge CPU de Logic à un tiers d'un des deux processeurs. Jusque-là, zéro faute, les fonctions, l'ergonomie, la richesse de réglages, tout est irréprochable, une réelle réussite.
Grooves

    Beats, la page dédiée aux patterns Midi est très bien conçue, avec moteur de recherche et divers filtres : par bibliothèque (où l'on découvre quatre emplacements disponibles en sus des deux occupés par AD et Retro), par catégorie, par signature rythmique, grooves d'usine ou utilisateur, patterns ou breaks. On ne peut malheureusement pas rentrer de texte dans le champ Search dans Logic, mais cela fonctionne bien dans d'autres logiciels (Peak, Live, DSP Quattro, etc.). Le navigateur lui-même permet d'afficher les familles (chaque nom correspond à un dossier, que l'on ouvre avec le triangle placé à sa gauche) par nom, catégories, BPM, signature ou nombre de mesures.
    Un dossier Favorites évite d'avoir à "scroller" dans la longue liste de boucles, un lecteur permet l'écoute immédiate, au tempo d'origine de la boucle ou synchronisé à celui de l'hôte. Les styles représentés tournent majoritairement autour de la pop et du rock, avec de petites incursions dans le jazz, le reggae, le metal et le funk. Retro rajoute des styles Motown, Rock 60's, rock'n'roll et Heavy Rock.
    Avec en tout plus de 4000 boucles, on devrait trouver le groove recherché, sachant que si la boucle convient, mais que l'on souhaite développer plus de variations, il suffit d'effectuer un glissé-déposé du fichier sur le bureau ou sur une piste de l'hôte et de l'éditer.
Retro

    Si AD offrait des kits contemporains, Retro comme son nom l'indique met l'accent sur les batteries vintage, rendues fameuses par John Bonham, Ringo Starr ou Keith Moon. On retrouve donc des grosses caisses résonantes à souhait (des 24x16 ou 26x14), des toms bien mats (le son "carton"...), des caisses claires au timbre (les brins métalliques sous la caisse) très présent, mais sans la ou les harmoniques caractéristiques des réglages actuels. Les charley aussi sont un peu "écrasés", avec un spectre harmonique resserré, et l'on dispose de deux modèles avec petit tambourin fixé sur la tige mobile. Les cymbales sont amples et détaillées, les rides jouées sur le bord, le dôme et façon crash, comme celles de AD. Les chokes sont particulièrement réussis, puisque répondant aux diverses vélocités.
    Le mieux est d'écouter plusieurs exemples.


    Voici le preset Vistalite de base.


    Grâce aux diverses possibilités de pitch, d'effet et de synthèse, on peut en faire un kit mat.


    Où celui-ci, plus grave, mais toujours dans l'esprit West Coast 70's.


    En poussant à l'extrême, on peut arriver à ceci, où l'on se demande sur quoi on est en train de taper...


    Cette fois c'est la Ludwig Black Oyster, présentée par l'éditeur comme la réplique du kit de John Bonham.


    Le même kit, avec quelques modifications, l'utilisation de la compression parallèle et les réverbes.


    Le preset Vistalite Compressed.


    Un groove Motown associé à une Ludwig Blue Oyster "vieillie"...


    Le même groove, avec cette fois-ci une Black Oyster sévèrement matifiée.


    La Ludwig Black Oyster avec une caisse claire plus récente, une Pearl Signature Steve Ferrone.


    Le preset Ludwig Black Oyster Dry.


    Un kit sans le Buzz de la caisse claire.


    Le même kit avec le Buzz.


    Un autre exemple de trafic sur un kit normal, en créant un phénomène "d'écho" avec le pré-délai de la réverbe.
Conclusion
    Si les sons de AD ne peuvent rivaliser avec ceux de BDF (1 ou 2) ou DFH en termes de détail, ils sont largement à la hauteur de ceux de EZdrummer ou d'autres logiciels. Et le concept tout-en-un en fait une véritable station de production de parties de batterie, sans avoir à ouvrir pistes et plugs à l'infini, d'autant que la variété des effets permet toute latitude sonore.
    XLN Audio a sérieusement planché sur l'ergonomie du logiciel, qui est irréprochable. Les temps de chargement sont assez rapides, AD n'a pas fait planter une seule fois mes sessions et la gestion des ressources est assez bien optimisée. Quelques petites corrections sont attendues, et l'on peut souhaiter un Midi Learn dans une prochaine version, des sauvegardes séparées du mixeur et de configurations d'effets, ainsi que d'autres banques de samples, dans des contextes sonores peut-être plus variés. Des kits avec balais sont toujours très attendus par les utilisateurs, ou des productions plus aventureuses. La concurrence avance d'ailleurs à grand pas de ce côté-là. Quelques marques connues manquent aussi en termes de sons disponibles. Dernier point, la banque de grooves doit s'ouvrir rapidement à d'autres palettes stylistiques.
    Mais AD est un produit récent, dont la première version était déjà au point, et qui peut encore progresser. Ses gros avantages sont son extrême rapidité de mise en œuvre, sa stabilité, sa couleur particulière, son autonomie de production (même si on peut aussi tout traiter individuellement grâce aux sorties séparées) et sa bibliothèque de grooves. Une solution qui peut être envisagée comme un complément, afin d'apporter d'autres horizons sonores, mais surtout qui se suffit à elle-même.

    sleepless

    Prix catalogue :
    Addictive Drums : 239 euros TTC
    ADpak Retro : 159 euros TTC

    Addictive Drums et ADpak Retro sont des produits XLN Audio, distribués en France par Steinberg France.
A propos de l'auteur: sleepless
www.jeanstephaneguitton.com / www.cigol.net
Soyez le premier à donner votre Avis
Vous devez être identifié comme membre pour pouvoir utiliser cette fonctionnalité!

Acheter XLN Audio

en ligne chez:
près de Woodbridge (US) chez:
  • Sam Ash Music Edison, 10 km
  • Sam Ash Music Springfield, 15 km
  • SHI Somerset, 20 km
  • Legendary Pro Audio Jersey City, 28 km
  • J&R Music World New York, 30 km
  • Sam Ash Music Brooklyn, 32 km
  • Dale Pro Audio New York, 33 km
  • Tekserve New York, 33 km
  • Rogue Music New York, 33 km
  • Alto Music Middletown, 33 km
  • Pas encore membre?
    Devenez membre! C'est rapide, gratuit et cela vous permet de poster vos annonces, vos news, des questions dans les forums, de changer vos réglages d'affichage...
    Contribuez
    PcMusic est VOTRE site.Participez à son évolution...
    Cette section de PcMusic est entretenue par Nantho et l'équipe des traducteurs. N'hésitez pas à lui proposer vos articles.
    23:58 CEST - © PcMusic 1997-2017